Le dernier épisode de SmackDown! nous est parvenu avec son lot de promotions et de combats. Dans mon article traitant de l’étrangeté du dernier Monday Night Raw , je n’y étais pas allé avec le dos de la cuillère. Pour la chronique d’aujourd’hui, je serais beaucoup plus  tolérant sachant que j’ai apprécié ce que nous a montré la WWE.

SmackDown! débute avec l’arrivé de Alberto Del Rio. Celui-ci nous parle de sa destiné pour atteindre la grandeur et que le talent est inné chez lui, il se voit déjà en tant que prochain Mr. Wrestlemania. Arrive alors R-Truth qui s’empresse pour contredire ADR. Comme je l’ai écrit dans mon précédent article, « Pourquoi ? ». Là encore, je vais me répéter mais d’où vient cette rivalité, elle est apparue soudainement sans réelle raison, il est assez difficile de rentrer dans le jeu sachant que les catcheurs eux-mêmes ne savent pas sur quoi ils sont en désaccord. Evidemment, je viens de le dire quelques lignes plus haut, R-Truth fait comprendre que ce n’est pas avec la classe et l’argent que les choses se gagnent. Merci R-Truth pour cette petite pensée à la classe moyenne américaine. A ma plus grande surprise, qui ne vois-je pas faire son entrée ? « Dashing » Cody Rhodes qui, au passage a laissé tomber cet horrible blouson/miroir et a revêtu un T-shirt plus classique, nous parle de l’apparence extérieure et que la réussite tient aussi compte du « look ». A ce moment précis, je dis que la WWE a bien joué sachant que les trois présents sont pleinement dans leurs gimmicks. Arrivent enfin le héros des jeunes enfants et de leur mère, Rey Mysterio! Son intervention était loin d’être une surprise, un bon et deux méchants ? Il fallait régler ça tout de suite. Mysterio qui vient de perdre soit disant la rivalité avec ADR nous parle de défier les probabilités comme il a fait en 2006. Pourquoi nous parle-t-il de ça ? Est-ce un signe avant-courreur d’une future surprise au Royal Rumble ?

Je mettrai une mention spéciale à Cody Rhodes lors de cette promo car on peut le voir très clairement, il est à l’aise au micro et a été convaincant, notamment lorsqu’il a détourné les catchphrases.

S’ensuit le match en équipe entre R-Truth & Rey Mysterio contre Alberto Del Rio & Dashing Cody Rhodes. Je ne m’attarderais pas sur l’aspect technique du match, je dirai simplement que le match n’avait rien de remarquable mais qu’il a rempli la mission assignée: divertir la foule. Je vais plutôt évoquer le résultat en lui-même à savoir la victoire de Truth et Mysterio. C’est un résultat sans aucun sens, la rivalité est sensée être finie entre les deux Latinos – même si logiquement la haine persiste – et pourtant une nouvelle victoire de Rey a pour effet de relancer la machine de guerre entre les deux, de ce point de vue, c’est complètement incohérent. A moins que les commentateurs nous aient dit n’importe quoi quand ils ont parlé du match. Ensuite, qu’adviendra-t-il de Rhodes ? Le jeune, talentueux et fringuant ( « dashing » en anglais ) semblait s’opposer au Big Show mais il faut croire que ça a disparu subitement. Il vaudrait mieux impliquer Rhodes dans la course au titre Intercontinental plutôt que de lui faire parler du Rumble où , tout le monde l’a deviné, ses chances de remporter le match sont très fines.

Le magnifique accent anglais de Wade Barrett vient chanter à nos oreilles, il (le catcheur, pas l’accent) nous parle de ces dernières actions et notamment de son attaque venue de nulle part sur le Largest Athlete in the World et paradoxalement (bien qu’en fait ça ait du sens) du respect qu’il lui porte . Why not. Il conclu avec « All hail Ceasar » ( Saluez Tous César ), serait-ce sa nouvelle phrase d’accroche? Ironie du sort, une vidéo nous rappelant l’arrivée d’Ezekiel Jackson à SmackDown! est diffusée…

Nous sommes à présent au match revanche entre Drew McIntyre et Trent Barreta, qui a dû se remettre de sa double commotion cérébrale de la semaine dernière avec son plongeon loupé suivi d’un Future Shock DDT. leur match commence avec une certaine envie d’en découdre de la part de Barreta. McIntyre nous montre un splendide coup de pied dans la figure, assaut sur la table, un backfist dans la mâchoire, de violents lariats. Oui, si vous ne le savez pas, je suis un grand fan du Sinister Scotsman. Suis-je le seul a avoir remarqué que lorsque McIntyre à ouvert les bras et a regardé la foule, il y a eu des applaudissements ? Le public commencerait-il à apprécier l’écossais? Quelque chose m’a frappé, comment est-ce qu’en étant commentateur peut-on ne pas mentioner le fait qu’un catcheur d’ 1m96 fasse un drop-kick ? McIntyre est loin d’être un voltigeur et pourtant aucun des trois n’a relevé, décevant. Défaite éclaire de McIntyre avec un roll-up de Barreta qui se fait tabasser un peu après dans les coulisses. Kelly Kelly passe dans les parages et surprend le poing de McIntyre rentrer en contact violent avec le visage de Barreta et se dit choquée par l’attitude de l’écossais… Pourquoi pas, dois-je quand même dire qu’elle fait partie d’une industrie où le tabassage est commun et qu’elle a elle-même participé au tabassage de Michelle McCool et Layla. Quelle prude cette Smelly K… Kelly Kelly, pardon.

Arrive, enfin, Wade Barret avec sa nouvelle chanson d’entrée, ceci est le seul lien que j’ai pu trouver http://www.youtube.com/watch?v=pFfocy9P3w0 I’ll Be Your End of Days par 9 Electric. Première remarque, cette nouvelle chanson est géniale et apparaît comme la chanson d’un vrai bagarreur ! Deuxième remarque, quel est le problème avec ces commentateurs ? Ils savent que c’est la première apparition officielle de Barret à SD! mais trouve logique de parler lors de son entrée, ils savent très bien que les téléspectateurs vont vouloir écouter avec attention. Le match était bien, Barrett n’est à aucun moment apparu comme un catcheur faible malgré la différence de taille. Il a montré qu’il savait quels coups porter et a su faire tomber le Big Show. Le match avait un rythme pas trop mauvais jusqu’à l’arrivée fatidique de Slater et Gabriel. En plein milieu de la mélée arrive le mastodonte Ezekiel Jackson, malgré les spoilers, moment intriguant, qu’allait choisir de faire le natif du Guyana ?  On découvre alors la nouvelle « équipe » dominante à SD!. On comprend que la WWE qui avait l’air d’avoir des plans d’importance pour Jackson ne le juge pas encore prêt sinon il n’aurait jamais intrégré cette faction. Je ne sais pas encore si cette ideé est judicieuse de monter un nouveau groupe à SD! en parallèle de Raw et de la Nexus, il faut attendre les prochaines semaines. Toutefois, j’aime beaucoup la composition du groupe: Wade Barrett, Justin Gabriel, Heath Slater et Ezekiel Jackson. Je prévois un bel avenir à Barrett comme beaucoup d’entre vous. Pourquoi ? Car outre son charisme (oui, « charisme » s’écrit avec un « h »), son talent dans le ring et au micro, n’oubliez pas le fait qu’il a été le rookie de Chris Jericho qui était alors World Heavyweight Champion. Ceinture ou non, avec comme mentor The Ayatollah of Rock and Rolla est une garantie pour un futur étincellant.

On passe maintenant au segment avec les Divas. Un cadeau pour les yeux, je dois bien l’admettre. Il n’y a pas eu grand chose de spectaculaire dans le ring, un match de Diva est beaucoup plus intéressant  lorsqu’il y a des tables. Je n’ai quasiment rien à dire sur le futur de la division féminine, ce match n’apporte rien à l’histoire, aucune prise de micro et surtout, comment prendre une division au sérieux quand cela fait plus d’une semaine que les caméras ne nous ont pas montré la championne Natalya ??

Puis Kofi Kingston apparaît avec dans ses mains la ceinture Intercontinentale et un micro. J’ai été agréablement surpris de voir que la WWE laissait du temps de parole à Kingston. A force de le voir sourire à tout va, j’avais oublié à quoi ressemblaient ses promos aux micro. Je dois bien avouer qu’il ne se débrouille pas mal, qu’il semble plutôt à l’aise, il faudrait que l’on entendre plus souvent sa voix. Arrive alors The All American-American, la prochaine rivalité nous saute au yeux, Kingston va en démêler avec Jack Swagger pour la ceinture. Les deux étant habillés pour combattre, on en déduit qu’ils vont s’affronter ce soir. Ce que je retiendrai du match, c’est la phrase de Mike Striker « Over third of all Intercontinental Chmpions have gone on to become World Champion » (Plus d’un tiers des champions IC sont devenus Champion du Monde) Pourquoi ai-je le sentiment que Kofi Kingston fait partie des deux tiers restants ? Pour rappel, Kingston a eu de grands affrontements avec Randy Orton à Raw et il aurait pu être poussé jusqu’ai statut de main-eventer grâce à ça mais Randy Orton a notifié aux scénaristes que Kofi n’était pas près et depuis il est bloqué à la case mid-carter/upper mid-carter. Quel est donc le futur de Kofi Kingston? Il nous dit « I am you Intercontinental Chmpion once again », doit comprendre qu’il est une nouvelle fois « retombé » er doit se contenter des titres mineurs ? Aussi, est-ce qu’à vous aussi la fin vous a paru étrange dans le sens où la victoire du champion ne paraissait pas programmée, il y a eu comme un léger moment de flottement avec le gong. Kingston regardait avec insistance Swagger comme pour savoir quoi faire.

Nous en arrivons au Cutting Edge avec le World Heavyweight Champion, Edge. Là aussi, je dois reconnaître que faire revenir le Cutting Edge est bien vu de la part de la WWE, je ne vois pas de meilleure occasion pour endurcir l’ancien détenteur de l’Intercontinental Championship au micro. Les fans qui demandaient plus de temps de parole pour Dolph Ziggler vont être servis maintenant qu’il est aspirant numéro un pour le titre majeur de SD!…. Bon bah tant pis…. Vickye Guerrero parle 50% du temps, ça laisse tout de même deux-trois phrases pour Ziggler. Durant ce segment, je m’attendais à ce que les vieux trucs ressortent du placard ou du sac comme vous voulez. J’étais quasiment sûr que Edge et Guerrero allaient faire leur numéro tout les deux en s’envoyant mutuellement les vidéos « embarrassantes ». Je ne vois pas trop pourquoi le principal sujet de ce segment a été leur relation passée. Peut-être n’est-ce que la première des prises de paroles de Ziggler et qu’il faut attendre les prochaines éditions. En tout cas, laisser un peu plus de temps à Ziggler n’est pas une mauvaise idée. Il y a quand même une brêche dans ce plas, Dolph is no Vickye. Je veux dire par là que Ziggler n’est un heel que par dépis. La seule chose qui fait qu’il en est un est Guerrero, seul Ziggler serait plutôt classique et n’engendrerait aucune réaction particulère de la part du public et dans le monde du sport-divertissement, il n’y a rien de pire que de laisser indifférent.  A la toute fin, Ziggler n’est pas totalement ridiculisé, il empoigne Edge et lui inflige son Zig-Zag sur les escaliers. Segment bien fait car Ziggler ne nous apparaît pas comme un vulgaire Number One Contender pour faire durer le reigne d’Edge. La WWE semble vouloir faire quelque chose de lui.

Pour résumer cette longue chronique, je suis satisfait par ce que l’on a vu malgré des erreurs scénaristiques de la part de l’équipe créative et des erreurs malheureusement plus nombreuses que d’habitude durant les matchs. En comparaison, SmackDown! est beaucoup moins spéctaculaire que Raw par bien des aspects mais j’ai l’impression que l’on voit plus de catch dans le show bleu. A surveiller donc la nouvelle faction de Barrett, les performances au micro de Kofi Kingston et l’évolution de dynamique Edge-Ziggler. Pour ceux qui n’ont pas compris pour j’ai choisi ce titre, c’est tout simplement pour souligner que le côté bleu de la WWE est bien plus régulier et saisfaisant que Raw dernièrement.


Publicités